Participation à la journée de l’eau, en mars 2022


Lors de notre atelier d’écriture parent/enfants

La Fille des Eaux, conte malgache revisité par Myriam, Cassandra (15 ans) & Pablo (3 ans)

Dans un village de Madagascar, il y avait, un homme pauvre, si pauvre qu’il n’avait même pas de quoi se vêtir; ce malheureux, abandonné par ses parents, se nourrissait exclusivement de poissons.

Un jour qu’il était à pêcher au bord de l’eau, son hameçon s’attacha à quelque chose de lourd. Il fut obligé de tirer très fort sur la ligne et à la fin, il fit sortir de l’eau d’abord une chevelure de femme, puis la tête, le buste et le corps tout entier d’une jeune fille.

Le pêcheur fut très effrayé, mais l’être mystérieux le rassura :

Je suis sortie des eaux, dit-elle, pour être ta femme. Voici mes conditions. Je m’appelle Razazavavindrano ce qui veut dire, la Fille-des-eaux, et tu viendras au fond de l’eau avec moi mais tu ne diras à personne d’où tu viens sinon je ne pourrai plus être ta femme, ni toi mon mari et tu devras retourner d’où tu viens. 

Au fond du lac, tout le monde fut stupéfait de la beauté de cet homme. Tous voulurent savoir où la fille des eaux avait pu le rencontrer. Mais eux, refusaient de dire quoique ce soit. Et l’homme habita dans le palais familial.

Le couple avait un troupeau d’hippocampes dans un enclos. Et cela leur rapportait beaucoup d’argent. Puis, au bout d’un an de vie ensemble, ils eurent un fils.

Devant tous ces bonheurs, les parents et la jeune soeur de la fille des eaux devinrent jaloux. Ils se mirent d’accord pour faire avouer, par tous les moyens d’où venait cet étrange mari et un si joli petit garçon. En vain. Alors ils s’en prirent au mari.

Un jour que l’homme allait chercher des algues au fond du lac, les parents et la soeur le surprirent et le menacèrent. Le pauvre homme, apeuré, finit par avouer qu’il venait du dehors du lac.

De retour à la maison, la fille des eaux dit à son mari :
Je t’avais prévenu, puisque tu as révélé d’où tu viens, tu vas retourner d’où tu viens.

Lui, fondit en larmes, il la supplia de pouvoir rester mais elle resta inflexible.
Elle consentit cependant à lui laisser leur fils et à les laisser demeurer, un jour de plus, dans le palais.

Le soir venu, elle lui dit :
puisque tu pars et que je te laisse notre enfant, je vais te faire devenir très riche.

Et elle lui donna toutes les perles de son palais.

A midi, elle dit à son mari : c’est le moment, prend notre fils et suis moi. Elle les conduisit tous les deux jusque’à l’endroit où ils s’étaient rencontré, son mari et elle.
prends soin de notre enfant. Quand vous voudrez me voir, amène-le ici au bord du lac. Et moi, quand j’aurai envie de le voir, je viendrai, une fois la nuit tombée, dans votre maison.

Et elle plongea dans les eaux.

La Fille des Eaux, conte malgache revisité par Virginie & Soline (14 ans)

Dans un village de Madagascar, il y avait, un homme pauvre, si pauvre qu’il n’avait même pas de quoi se vêtir; ce malheureux, abandonné par ses parents, se nourrissait exclusivement de poissons.

Un jour qu’il était à pêcher au bord de l’eau, son hameçon s’attacha à quelque chose de lourd. Il fut obligé de tirer très fort sur la ligne et à la fin, il fit sortir de l’eau d’abord une chevelure de femme, puis la tête, le buste et le corps tout entier d’une jeune fille.

Le pêcheur fut très effrayé, mais l’être mystérieux le rassura :
Je suis sortie des eaux, dit-elle, pour être ta femme. Voici mes conditions. Je m’appelle Razazavavindrano ce qui veut dire, la Fille-des-eaux.

Au village tout le monde fut stupéfait de la beauté de la femme et voulut savoir où le pêcheur avait pu la trouver.Mais lui refusa de rien dire, et la Fille-des-eaux habita dans sa maison. Le petit ménage devint de plus en plus aisé. Un jour, dit-on, la Fille-des-eaux dit à son mari, va dans la forêt et abats de jeunes arbres pour faire un enclos à bœufs.

Quand la palissade fut près d’être terminée, la femme dit encore : Arrange la porte de façon à ce qu’elle soit tournée du côté de l’eau. Et cette nuit-là, vers minuit, on entendit des troupeaux de bœufs entrer dans l’enclos. Le lendemain, les habitants du village, étonnés, demandèrent au pêcheur d’où venaient ces bœufs, mais lui ne voulut rien dire. Le petit ménage devint très riche.

Au bout d’une année la fille des eau accoucha d’un fils. Mais les frères du pêcheur devinrent jaloux de lui, et, après s’être concertés ensemble, jurèrent de lui faire avouer d’où venaient une si belle femme, tant de richesses et un si beau petit garçon.

Un jour que le pêcheur allait chercher du bois dans la forêt, se frères le suivirent mais la fille des eaux les avait suivis aussi. Le pauvre homme allait couver le secret mais sa femme vint en renfort. Ses jambes se transfère en queue de poisson – c’était l’un de ses pouvoirs – et elle donnai aux frères des coups de queue. Les frères partirent en courant et ils n’osèrent pas raconter aux villageois leur mésaventures car elle les avait menacé de recommencer.

Ils eurent une fille absolument magnifique et ils vécurent très heureux.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.