Entrez dans la « Vittoz attitude »

Inspirés par la méthode Vittoz, nous avons conçu l’atelier « à écrire à partir des cinq sens et l’atelier « spécial haïku« .

« Vittoz, c’est retrouver l’émerveillement. » explique Chantal Ranger, dans son livre « De la tension à la contemplation » aux éditions Téqui.

Les grands principes

Le docteur Vittoz disait : « il ne faut pas penser la couleur, il faut la sentir. Il ne faut pas penser l’acte, il faut le sentir. » Sa méthode est perçue par certains comme une méthode de relaxation. Elle est bien plus : une méthode de rééducation psychologique par les sens. Basée sur des exercices de réceptivité qui apaise le psychisme, elle permet de chasser les idées sombres et les ruminations de toutes sortes. Elle ouvre en chacun un espace libre, débarrassé de tout commentaire et de tout jugement.

Pourquoi cette rééducation ?
Sous l’influence de la vie actuelle, nous sommes tentés, de plus en plus, d’investir la pensée et le langage. Le monde réel s’éloigne de notre conscience sensorielle, risquant de déséquilibrer notre personnalité. Les sensations et les émotions s’effacent au profit du mental. Rien d’étonnant, ensuite, que nous nous jetions, ensuite, dans une fuite en avant, cherchant à nous divertir jusqu’à nous éclater dans une recherche, parfois, d’émotions excessives.

Le secret de la méthode Vittoz
C’est de remettre le ressenti au cœur de la conscience de soi pour refaire « l’unité intérieure ». Elle permet d’habiter son corps de façon ajusté à l’environnement. Elle conduit à une juste conscience du corps pour être dans une plus grande sincérité à la fois avec soi-même et avec les autres avec lesquels on entre en relation.

Les exercices proposés conduisent à vivre des « actes conscients ». Des actes simples du quotidien -fermer une porte, se laver les mains, manger un fruit – sont posés en réceptivité. Il s’agit de ressentir ce que l’on fait, d’accueillir les sensations visuelles, tactiles, auditives, odorantes et gustatives de chaque geste.

Ces actes conscients, renouvelés régulièrement, jouent le rôle de pause au cœur de l’action. « Quelque chose en nous se recentre » explique Chantal Rangier. Notre cerveau se met au repos. Comme un silence en musique, ces « arrêts sur image » de notre vie quotidienne sont autant de respirations pour notre être tout entier.

Bien qu’il ne nie pas la réalité de l’inconscient, Vittoz, contrairement à Freud, est optimiste. Il privilégie le travail sur la conscience qui permet de moins subir les caprices de l’inconscient.

C’est pourquoi Art Dies propose un atelier d’écriture à partir des cinq sens.N’attendez pas pour redécouvrir cette sagesse de vie, présente dans toutes les grandes traditions du monde – monachisme occidental, bouddhisme, taoïsme – et que le docteur Vittoz a eu le mérite de formaliser en une méthode accessible au plus grand nombre.

Danielle Birken

 

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *